Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Les métiers de Sabrina - Monitrice de ski (1/3)

Toujours prisonnière d'une boucle spatio-temporelle, je me retrouve à jouer les monitrices de ski... mes premiers clients, un groupe de russes, entendent bien profiter d'une remontée mécanique défectueuse...

Proposée le 3/04/2019 par Imagine69

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Exhibition, voyeurisme
Personnages: Groupes
Lieu: Forêt, campagne, nature
Type: Fantasme

Je m’appelle Sabrina, j’ai 28 ans et je suis une brune aux yeux verts de taille moyenne. Après avoir été frappée par la foudre, je me retrouve coincée dans une boucle spatio-temporelle. Je vis tous les jours une nouvelle vie, dans un nouvel endroit et avec un nouveau métier dans lequel j’excelle. Ce cercle n’est pas pour déplaire à mes envies coquines, retranscrites dans mes histoires. Bonne lecture !

Le réveil résonna dans ma chambre et je me levais en pleine forme comme à mon habitude. Ma chambre était mon seul point de repère fixe dans cette boucle spatio-temporelle. Rien ne changeait à l’exception de mon calepin posé sur mon bureau, qui affichait un nouveau métier chaque jour, et de mon armoire qui elle aussi contenait de nouveaux vêtements assortis à mon travail. Comme tous les matins, j’avais le sentiment qu’une puissance surnaturelle me dictait mes actions et surtout, je me levais avec une libido explosive que je voulais calmer à tout prix.

Le calepin affichait pour aujourd’hui le métier de « Monitrice de ski ». Je pris une douche chaude et me caressa longuement sous la douche sans rien y faire. J’avais envie de me faire prendre ! Je sortais de la douche, me séchais puis ouvrais l’armoire pour voir quels vêtements seraient « mis à ma disposition ». Il y avait seulement une combinaison de ski, des lunettes et des chaussures fourrées. Cela semblait peu mais qu’importe, j’enfilais les habits directement sur mon corps nu, profitais un instant de leur douceur et de leur chaleur, puis sortais de ma chambre. J’arrivais dans un couloir propre et assez grand, puis prenais l’ascenseur pour descendre au rez-de-chaussée. Le hall d’entrée était à la fois grand, majestueux et douillet avec de grands fauteuils en cuir, une décoration épurée et un feu brûlant dans l’âtre d’une cheminée. Je saluais le personnel à la réception et sortais de l’hôtel. Dehors, le soleil brillait au milieu d’un ciel bleu et les montagnes étaient recouvertes d’un épais manteau blanc. Un temps idéal pour skier. Je pris une navette affrétée par l’hôtel et rejoignis le bas des pistes en cinq minutes. Je rejoignis le petit chalet des moniteurs de ski et saluais Richard, spécialisé dans l’apprentissage des débutants, dans le vestiaire. Richard était un bel homme de quarante ans avec un buste puissant, des yeux gris profonds et des cheveux poivre et sel. Il était toujours taquin et rigoleur mais ne perdait jamais le nord quand il s’agissait de reluquer les femmes. Et là, ma combinaison moulante avait tout pour lui plaire. J’hésitais un instant à lui en dévoiler plus, quitte à me faire prendre dans les vestiaires, mais un coup d’œil vers l’horloge m’indiqua que j’étais déjà en retard pour mon premier rendez-vous. Je chaussais donc mes chaussures, pris mes skis et mes bâtons, puis ressortis du chalet non sans m’être vue lancée un dernier compliment coquin sur la beauté de mes habits moulants et de mes formes. Je marchais vers les remontées mécaniques et aperçus le groupe de jeunes dont je devais m’occuper.

- Bonjour, vous êtes Sabrina ? me demanda une jeune femme grande, blonde et bien maquillée avec un accent de l’est.
- Oui, vous êtes Ekaterina ? demandais-je à mon tour.

Elle acquiesça en souriant et m’invita à rejoindre son groupe d’amis. Elle portait une combinaison blanche à deux pièces qui lui moulait parfaitement le corps et qui devait couter assez cher. Elle m’introduisit à Dimitri et Igor, deux jumeaux assez mignons et athlétiques, Anastasia, une petite russe avec des formes avantageuses, et finalement Vladimir, un bel étalon brun aux yeux bleus. La bande joyeuse parlait principalement russe et je devais me reposer du Ekaterina pour essayer de comprendre ce qu’ils disaient. Je leur fis signe de me suivre et nous rejoignîmes les bulles pour gagner les hauteurs. Je remarquais rapidement qu’Ekaterina et Vladimir étaient ensemble. Quant aux trois autres, ils devaient simplement être de bons amis. En gravissant la montagne dans notre cocon, je remarquais les petits regards des jumeaux et de Vladimir sur mes hanches et écoutais sans mot dire les commentaires, sûrement élogieux, qu’Ekaterina se refusait à traduire. Les russes buvaient dans de petites fioles ce que je pensais être de la vodka. Ils m’en proposèrent mais je déclinais leur offre pour me concentrer sur mon travail. Nous descendîmes par deux fois la montagne en empruntant des pistes différentes puis remontâmes une dernière fois dans l’œuf. Nous étions à la mi-journée et malgré le froid et l’altitude, le soleil chauffait nos corps emmitouflés. Nous étions tous les six dans la nacelle lorsque le système de remontée mécanique s’arrêta. Le silence se fit et les russes commencèrent à discuter et à rigoler sur ce manque de chance. J’étais habituée à ces arrêts soudains mais n’étais jamais trop confiante au-dessus de ce vide vertigineux. Comprenant que nous serions bloqués là un petit moment, les jeunes gens firent comme moi et posèrent leurs matériels dans un coin de la bulle. Je restais debout accrochée à la barre du milieu tandis qu’Anastasia était entre Igor et Dimitri face au soleil et qu’Ekaterina et Vladimir étaient assis en face, dos à la vallée. Anastasia sembla se plaindre de la chaleur ambiante et, d’un air naturel, elle défit entièrement la fermeture éclair de sa veste, révélant une partie de son corps nu ainsi que le sillon de ses petits seins ronds certainement refaits. Ses deux compatriotes d’à côté sifflèrent cette action sexy et elle sourit coquinement en regardant Ekaterina. Je ne savais pas ce qu’il se passait mais la température monta soudainement dans la cabine.

Je vis la grande blonde susurrer quelque chose à son copain puis ouvrir son beau manteau blanc à son tour. Elle ne fut pas aussi discrète de son amie et je pus voir, ainsi que l’ensemble des personnes dans la nacelle, sa belle poitrine nue et naturelle. Je sentais mon bas-ventre chauffer mais ne savais plus où me mettre. Sans parler, la belle et vraisemblablement bien éduquée Ekaterina s’agenouilla sur le sol entre les jambes de son copain et défit son pantalon sans se soucier de ma présence. Elle était si rapide qu’en moins de dix secondes elle se retrouvait avec le sexe de Vladimir en bouche. J’étais pétrifiée, gênée et excitée en même temps. Il la regardait sucer fougueusement son membre bandé et épilé qui mesurait un peu moins de vingt centimètres mais qui semblait assez gros. N’entendant pas de bruit de l’autre côté, je me retournais vers les trois amis et vis qu’Anastasia avait elle aussi les seins à l’air libre et qu’elle avait un sexe bandé dans chaque main. Dimitri, dont le sexe était comparable à celui de Vladimir, embrassait la jeune russe et avait glissé sa main sous sa combinaison et entre ses cuisses. Les mouvements reflétés sur le pantalon m’indiquaient qu’il la doigtait assez rapidement. De son côté, Igor, qui avait un sexe un peu plus petit que les deux autres, suçotait et malaxait la poitrine ronde d’Anastasia. Apparemment, l’amitié dans cette bande d’amis était un peu particulière mais ce n’était pas pour me déplaire. Si seulement je savais où me mettre pour profiter de ce beau spectacle. Anastasia dit quelques mots en russe entre deux baisers avec Dimitri.

- Elle te demande si tu peux l’aider avec l’un d’entre eux, me dit Ekaterina qui, sans attendre ma réponse, se remit à pomper son homme tout en le masturbant.

Je me retournais à nouveau vers les trois amis assis sur la banquette et vis qu’Igor attendait ma réponse en poursuivant ses caresses sur les seins d’Anastasia. Je fis un léger mouvement de tête sans trop savoir pourquoi, puis le beau jeune homme se leva lentement et vint à ma rencontre. Il me prit dans ses bras et m’embrassa tendrement, comme pour nous échauffer un peu mutuellement. Hormis une légère odeur de vodka, le baiser du russe était sensuel et parfait. Son sexe bandé était collé contre ma combinaison et ses mains soupesaient mes fesses. Il n’avait pas froid aux yeux. Il défit lentement la fermeture éclair de ma combinaison une pièce et m’ôta le haut, qui retomba au niveau de mes hanches, tout en continuant de m’embrasser. Igor prit alors le temps d’admirer la moitié nue de mon corps. Malgré la chaleur du soleil, l’air était assez frais et mes tétons pointaient au sommet de mes seins durcis. Il se pencha vers ma poitrine et emprisonna un de mes tétons entre ses lèvres pour le sucer tout en reprenant son massage au niveau de mes fesses. Le souffle court, je passais mes mains dans ses cheveux en gémissant et en profitant pour jeter un coup d’œil alentour. Ekaterina continuait son œuvre et Vladimir avait posé une main sur sa tête pour l’accompagner plus ardemment dans sa tâche.

De son autre main, le beau russe avait saisi son portable et immortalisait ce moment torride au milieu du grand froid. Dimitri s’était mis face à Anastasia et avait posé son pied à côté de sa cuisse en signe de virilité. Sans attendre, la petite blonde assise s’était penchée en avant et avait pris son sexe en bouche. Malgré sa taille, Anastasia semblait avoir une bonne capacité gutturale et surtout une réelle appétence pour les fellations car sa tête effectuait d’amples et de rapides allers retours faisant grimacer Dimitri de plaisir. Comme pour m’intégrer plus facilement à la bande d’amis, je décidais de prendre les devants et de faire la même chose que mes deux comparses féminines. Je plaquais Igor contre la barre centrale et sans lui laisser le temps de réaliser ce qu’il se passait, je m’agenouillais devant lui, saisissait d’une main son sexe décalotté et l’enfonçait dans ma bouche en le regardant coquinement. Son gland frais trouva du réconfort au milieu de ma bave chaude et humide comme s’il s’agissait d’un havre douillet à l’abris du froid et des intempéries. Il en profita pour enlever sa veste et son t-shirt et je pus admirer son corps assez sec et épilé de près. Igor, tout comme son frère et son ami, était vraiment mignon mais il avait surtout une sensualité et une forme de timidité qui le rendait d’autant plus attirant. Il n’avait pas besoin de poser ses mains sur ma tête ou de me demander d’aller plus loin ou d’accélérer, je le faisais toute seule par envie et par intuition. Son sexe, bien que délicieux, n’étais pas énorme et je n’eus aucun problème à le faire pénétrer ma gorge.

Le russe appréciait cette attention et ma dévotion pour le contenter. Il lorgnait ma gorge se déformer, mes joues se gonfler et mes lèvres coller à sa hampe pour la maintenir fermement en moi. Les bruits de succions si propres aux fellations bien faites raisonnaient dans la cabine en se chevauchant ou se répondant mutuellement.
Je sentis une main saisir la mienne et compris qu’il s’agissait d’Ekaterina. J’arrêtais la fellation et l’interrogeais du regard. Elle avait un peu de bave qui coulait de sa lèvre inférieure mais elle était magnifique. Beaucoup d’hommes devaient envier Vladimir pour elle. Ekaterina m’invita à partager son copain d’un mouvement de la tête. Je consultais mon amant du regard et après avoir reçu son approbation, je me relevais et l’embrassais tendrement. Je jetais un coup d’œil curieux vers les deux autres russes et vis que Dimitri avait les jambes fléchies au-dessus d’Anastasia et que cette dernière utilisait ses beaux petits seins refaits pour lui faire une branlette espagnole. Le gland apparaissant et disparaissant dans le sillon de la poitrine de la blonde me donnait envie de le dorloter avec ma langue, mais je décidais de revenir à mes moutons.

Je posais mes genoux sur la banquette à côté de Vladimir et cambrais légèrement le haut de mon corps vers lui. Ekaterina me fit signe de remplacer sa main autour de la hampe du beau russe par la mienne et je pus sentir à cet instant la puissance et la chaleur de mon membre traverser ma peau. Il était bien bâti et l’idée de le prendre en bouche m’excitait tout particulièrement. Après tout, beaucoup de femmes devaient également envier Ekaterina pour lui. Je masturbais doucement le beau mâle puis, sous le regard de sa copine, je me penchais en avant et enfonçais son gland dans ma bouche. Je fermais les yeux tout en le dégustant délicatement et en sentant le regard bleu saphir de la jeune blonde admirer mon œuvre. Vladimir avait le genre de sexe que j’aurais pu sucer toute une journée sans m’arrêter tant ses mensurations correspondaient parfaitement à mes caractéristiques buccales et son goût ravissait mon palais. Je sentais une main se poser sur ma nuque sans savoir s’il s’agissait d’Ekaterina ou de Vladimir. Ce dernier dit quelques mots en russe et la belle blonde me dit à l’oreille que son copain adorait ma fellation. J’aurais voulu leur répondre mais la meilleure chose que je puisse faire était de le sucer avec encore plus de précision. Les mains d’Igor, qui matait son amante sucer son ami, étreignirent ma combinaison au niveau de mes hanches et la baissèrent jusqu’à mes genoux.

Ses yeux clairs reluquaient mon petit cul ferme bombé en l’air ainsi que mon entrejambe qui lui était offert. Il posa ses mains sur mes fesses et je tordais mon bassin vers lui en posant un pied sur le sol pour lui donner un meilleur angle d’attaque. Igor s’agenouilla alors sur le sol et je sentis, l’instant d’après, sa langue tiède et baveuse s’immiscer entre les lèvres de mon vagin. Je dus m’arrêter un instant de sucer Vladimir pour laisser s’échapper un râle de plaisir, puis revins dans la course en enfonçant son sexe au plus profond de ma bouche. Les léchouilles du russe me faisaient rougir de plaisir tant elles étaient délicieuses et taquines. Je vis dans mon champ de vision qu’Ekaterina se déshabillait complètement devant Vladimir en lui offrant un petit strip tease sur une musique imaginaire. Je m’arrêtais un instant pour reprendre ma respiration et admirer son corps magnifique se dévoiler à l’ensemble de la bande. Je regrettais un moment de ne pas être un homme, ou plutôt son homme, car c’était une femme à qui tout le monde voudrait faire l’amour. Vladimir réorienta ma bouche vers son sexe et le planta si profondément en moi que son gland s’enfonça dans ma gorge, ouvrant ainsi de nouvelles possibilités. Ses pressions se faisaient plus sauvages et je savais qu’il était terriblement excité par toute cette scène. Sa main libre vint se poser sur le bas de mon dos et glissa le long de ma raie.

Il me consulta indirectement sur mes pratiques sexuelles puis, voyant que je ne réagissais pas, enfonça lentement mais sûrement son majeur dans mon anus. Je gémis de plaisir et commençais à le sucer plus profondément sans pour autant parvenir à le prendre complètement en moi. Igor continuait de me lécher avec appétit lorsqu’Ekaterina s’agenouilla sur le sol froid dans le sens inverse de mon corps. Je pris un bref moment pour investiguer sa position. Elle était à quatre pattes, le dos creusé et ses belles fesses bombées non loin de mon visage. Je vis sa tête s’activer au niveau du bassin d’Igor et compris qu’elle était en train de le sucer. Décidément, ce jeune couple ma plaisait bien et Igor devait être aux anges.

Je recommençais à sucer mon amant qui me doigtait méticuleusement l’anus, puis décidais de passer à l’offensive avec Ekaterina. Ses courbes m’obnubilaient et ma main vint se poser dans un premier temps sur le bas de son dos avant de s’aventurer sur ses fesses. La belle blonde ne broncha pas et continua de sucer son ami comme s’il s’agissait de son homme. Loin de s’en plaindre, Vladimir semblait excité à l’idée de voir sa magnifique copine s’évertuer à pomper le sexe du jumeau. Tout en continuant de sucer le beau mâle russe, je fis glisser mes doigts de l’anus d’Ekaterina jusqu’à son clitoris en passant par l’entrée de son intimité. La jeune femme ne broncha toujours pas et j’aurais voulu la goûter, la faire vibrer puis la faire jouir en la léchant. Je me contentais de la caresser soigneusement, puis enfonçais un doigt dans son intimité chaude et parfaitement dessinée. Elle ondula son bassin et accentua ses succions envers Igor qui, à son tour, intensifia ses mouvements de langue sur mon clitoris. Pendant ce temps, Dimitri et Anastasia s’étaient complètement déshabillés et le russe rendait la monnaie de sa pièce à sa fellatrice.

Il s’était agenouillé devant elle, entre ses jambes, et dévorait assidument son sexe en la faisant crier à répétition. Il avait enfoncé, lui aussi, son majeur dans l’anus de la jeune femme, et ne tarda pas à la faire jouir. Les cris motivèrent Igor qui, après avoir poliment mis un stop à Ekaterina, se releva derrière moi et enfonça son sexe baveux d’une traite dans mon intimité. Je gémis de plaisir et essayais, malgré toute la concupiscence dans laquelle je sombrais, de poursuivre ma fellation. Comme pour empirer ma situation, Vladimir enfonça un second doigt dans mon anus sans se heurter à un quelconque obstacle, et me doigta au même rythme auquel Igor me pénétrait. C’est-à-dire profondément et rapidement. Le résultat fut quasi-immédiat et je sentis à mon tour l’orgasme arriver. Je délaissais le sexe bandé de Vladimir, criais avec une force surhumaine et éjaculais abondamment sur le sexe d’Igor et sous le regard amusé d’Ekaterina. Mes joues s’empourprèrent légèrement de honte tandis que tous les amis rivèrent leur regard vers moi en souriant. Au final, ne prenions-nous pas tous un extrême plaisir ? Igor se retira de mon intimité et Vladimir m’empêcha gentiment de replonger sur son sexe.

Sur son invitation, je me relevais et me mis debout au-dessus de lui en posant mes pieds sur la banquette de chaque côté de son bassin. Je sentis immédiatement sa langue partir à la conquête de mon clitoris et de mon intimité trempée de cyprine. Je m’aplatissais contre la vitre en essayant de chercher mon appui et mes seins de plaquèrent contre le verre froid. Je remarquais alors un groupe de touristes chinois dans la bulle nous précédant, et vis qu’ils me mitraillaient avec leurs appareils photo. Pour la discrétion, c’était loupé et je ne comptais pas stopper Vladimir pour des questions de pudeur. Je leur adressais donc mon plus beau sourire et posais mes mains sur la tête de mon amant tout en ondulant mon bassin. Ekaterina était toujours à quatre pattes parterre mais elle avait pris ma place entre les jambes de son copain. Elle le suçait sans s’aider de ses mains et le regardait plonger sa langue entre mes lèvres vaginales. A son autre extrémité, Igor s’était agenouillé derrière elle et dégustait son entrejambe en me rendant jalouse. A en juger par les mouvements de son visage, il ne s’arrêtait pas seulement à son sexe, mais remontait bien plus haut vers son anus. J’imaginais la belle blonde se faire prendre par derrière et regrettais de ne pas être un homme pour pouvoir sentir mon sexe pénétrer son si beau petit cul.

Cette idée m’électrisa puis je vis Igor se positionner derrière elle et enfoncer son sexe au niveau de son intimité. Je ne savais si c’était la première fois qu’il la prenait ainsi, mais tous deux prenaient énormément de plaisir à faire à l’amour. La bouche pleine, Ekaterina n’hésitait pas à ramener son bassin vers l’arrière lorsque son ami et amant poussait son bassin vers elle. Elle était vraiment sexy, bloquée ainsi entre deux mâles musclés. Dimitri s’était quant à lui relevé et gardant Anastasia à moitié allongée sur la banquette. Il avait les jambes fléchies et le sexe enfoncé dans celui de la petite blonde qui continuait de râler de plaisir en parlant russe. Leurs ébats étaient de loin les plus sauvages pour l’instant car Dimitri n’y allait pas de main morte avec elle. Il la pénétrait ardemment en malaxant les seins de la jeune femme recroquevillée tandis que celle-ci l’encourageait dans sa langue natale en se malaxant rapidement le clitoris.

Vladimir continuait de me lécher le sexe tout en se faisant sucer le sien par sa copine. Il enfonça deux doigts entre mes lèvres vaginales puis me doigta profondément. Je criais de plaisir en continuant de regarder les touristes, dans l’autre bulle, qui ne me quittaient pas du regard. Ekaterina, dont les lèvres se faisaient limer par ses allers retours sur le sexe imposant de Vladimir, cessa sa fellation et continua un instant de masturber son homme en le regardant me lécher. Comme d’un commun accord, Igor se retira de son intimité, non sans lui avoir asséné un dernier coup de rein puissant, et la belle blonde se leva pour venir se mettre entre les jambes de son copain tout en lui tournant le dos. Je la vis saisir son sexe nervuré et trempé dans sa main, puis l’orienter vers son entrecuisse et descendre lentement sur lui. J’analysais l’angle du mât de Vladimir, le temps qu’il fallait à Ekaterina pour s’empaler dessus ainsi que ses grimaces pour en venir à la conclusion qu’elle avait accueilli son copain par derrière. J’aurais aimé être aux premières loges, voir le gland du bel étalon s’enfoncer dans le petit trou de la russe puis admirer sa hampe s’enfoncer dans son antre tout en dilatant son sphincter par la force. Ekaterina semblait prendre un plaisir immense à recevoir un membre aussi gros dans son anus et je savais désormais que ce n’était pas sa première fois.

Elle gémissait en essayant de stabiliser sa respiration et de détendre ses muscles et lorsqu’Igor s’approcha face à elle, elle posa ses mains sur ses hanches pour prendre appui. Le jumeau n’entendait pas s’arrêter là et à peine avait-elle prit accroche qu’il enfonça sans prévenir son pieux dans sa bouche. Je crus un instant qu’elle allait tourner de l’œil ou vomir, mais Ekaterina savait ce qu’elle faisait et elle savait résister à des attaques de la sorte, même si elles étaient vives et surprises. Quelque chose avait changé dans le comportement d’Igor. Lui qui avait été si calme et timide semblait vouloir prendre le contrôle et assumer sa virilité. Ekaterina planta ses doigts dans les hanches du jumeau mais se laissa faire pour le reste. Igor, qui devait en avoir assez d’être relégué au second plan, passa ses nerfs sur la bouche de son amie qu’il besogna sans vergogne en faisant claquer ses bourses contre son menton. Comment pouvait-il faire cela à une si belle bouche ? Après mûre réflexion, je devais avouer qu’elle m’aurait tout autant tentée si j’avais été un homme et l’inaction d’Ekaterina, voir sa volonté de subir ainsi des coups secs et répétés, ne faisait que conforter Igor dans l’idée que le plaisir était partagé. A en juger par l’amplitude de ses coups et par le bruit caractéristique des bourses qui tapent contre un autre corps, je n’avais aucun doute qu’elle lui faisait une gorge profonde. Tout en se faisant attaquer la bouche, Ekaterina entama des allers retours plus ou moins bien cadencés sur Vladimir. Elle devait fortement l’inspirer car celui-ci enfonça à nouveau un doigt, puis deux, dans mon anus. Je découvrais, avec un plaisir certain, que les russes étaient friands de sodomie.

La cabine était emplie de testostérone, de bruits en tout genre et d’un mélange d’odeurs de vodka et de fluides humains douceâtres et agréables. Entre deux cris de plaisir, Anastasia lança quelques mots en russe. Ekaterina voulu me les traduire mais Igor en décida autrement. L’espace d’un instant, il bloqua la tête de la russe contre son pubis en plongeant son sexe au plus profond de sa gorge. Elle le regardait assouvir ses pulsions en se laissant docilement faire, en sentant son mât se tendre en elle jusqu’à la suffocation et en pouvant toucher ses bourses de ses lèvres. Elle savait décidément y faire avec les hommes et malgré son élégance apparente, elle pouvait se plier en quatre pour satisfaire les envies les plus sauvages de ses amis. Le jumeau relâcha finalement son étreinte sur Ekaterina mais celle-ci resta en place un petit moment, pour lui prouver qu’elle pouvait encore tenir et pour lui montrer qu’elle aimait ce qu’il avait fait d’elle. Elle se retira finalement, laissa tomber un filet de bave sur le sol et prit une longue respiration avant de dire à mon attention qu’Anastasia proposait de changer de partenaire. J’acquiesçais fiévreusement et sentis les doigts de Vladimir libérer mon anus à notre plus grand regret. Il avait été un très bon lécheur tout comme je voyais dans ses yeux qu’il pensait de même pour moi et la pipe que je lui avais fait. En m’extirpant de cette position, je vis Ekaterina rester un peu en place.

Elle ondulait son bassin, montait et descendait plus ou moins rapidement pour qu’enfin son homme puisse contempler son pieux enfoncé dans son petit cul. Il lui sourit, caressa ses hanches et rapprocha son bassin du sien. Igor et moi regardâmes ce moment d’intimité avant que la belle blonde ne se retire et que le sexe dur de Vladimir ne retombe lourdement sur son ventre. Nous étions tous haletants et excités à la simple vue de nos corps suants dans le froid. Voyant que je ne savais trop où me mettre, Ekaterina se rapprocha de moi avec un sourire et sans en dire plus elle posa ses lèvres sur les miennes et m’embrassa tendrement. Sa douceur et sa sensualité contrastaient avec nos ébats en compagnie des hommes. Ses lèvres étaient encore recouvertes de bave et son haleine sentait légèrement la semence masculine. L’un des deux hommes avait dû se décharger légèrement en elle, ce qui m’excitait, rien qu’en y pensant. Elle ma plaqua lentement contre la barre en fer du milieu et je sentis le métal froid courir le long de ma colonne vertébrale jusque dans le sillon de mes fesses. Ses mains délicates se posèrent sur celles-ci et les miennes parcoururent ses hanches jusqu’à sa poitrine. Son corps était celui d’une déesse auquel je voulais tout donner. Vladimir s’était levé à côté d’Igor, et leurs yeux nous détaillaient avec envie, jalousie et amour.

Dimitri se retira finalement d’Anastasia. La proposition de cette dernière ne sous-entendait pas qu’il était mauvais mais plutôt qu’elle avait besoin de deux hommes pour la contenter. Elle se releva avec l’aide de son amant, l’embrassa en échangeant quelques mots incompréhensibles pour les non-russophones, puis rejoignit Igor et Vladimir. Elle se mit instinctivement au milieu des deux hommes qui posèrent immédiatement leurs mains sur son corps. Ils le caressèrent puis chacun partit à la conquête de son entrejambe. Elle les embrassait à tour de rôle en plongeant sa langue dans leur bouche, en les masturbant religieusement et en sentant ses deux orifices se faire pénétrer par les doigts experts des de ses amis. Leurs souffles, saccadés et envieux, étaient semblables aux nôtres. Dimitri se rapprocha de nous et ses mains se posèrent sur nos fesses. Nous arrêtâmes de nous embrasser pour accueillir chaleureusement notre nouvel amant. Ekaterina fut la première à l’embrasser tandis que j’en profitais pour glisser ma main sur son pubis imberbe puis entre ses cuisses, à la conquête de son clitoris. Je posais mon autre main sur le sexe bandé de Dimitri et commençais à masturber le couple tout en gardant un regard externe sur leur baiser. Je vis ensuite la main d’Ekaterina se tendre vers mon sexe et j’écartais légèrement les jambes pour l’accueillir. Sa délicatesse était encore une fois au rendez-vous et elle me masturbait si langoureusement que je dû lutter pour ne pas jouir tout de suite. Dimitri la délaissa un instant pour m’embrasser à mon tour.

Son haleine avait elle aussi une senteur de vodka et ses lèvres douces étaient bien hydratées d’un mélange de bave et de cyprine. Ekaterina se pencha en avant pour me sucer un téton et ma main dû se résoudre à quitter son entrejambe. Ekaterina s’agenouilla en couvrant mon corps de baisers puis, tout en enfonçant deux doigts dans mon intimité, elle prit simplement le gland de Dimitri en bouche et commença à l’emballer tandis que je masturbais sa hampe. Anastasia s’était libérée de l’emprise des deux, ou du moins en partie. Elle s’était accroupie dos à la barre du milieu derrière moi et entre les deux mâles qu’elle suçait à tour de rôle. Ils n’avaient pas à la guider ou à exercer trop de pression sur sa tête car Anastasia leur procurait déjà ce qu’ils voulaient : une masturbation intense, une fellation profonde et rapide. Elle lustrait leurs queues avec une envie insatiable et un rythme endiablé, n’hésitant pas à repousser constamment ses limites. Les deux hommes bandaient comme jamais, leurs muscles saillaient et leur bassin cherchait le visage de la jeune femme. C’était une professionnelle de la pipe dont la bouche avait dû sucé un nombre incalculable de phallus.

J’admirais les lèvres tendues d’Ekaterina en imaginant sa langue taquiner et tourner autour du gland dur du russe, puis décidais de la rejoindre tout en gardant ses doigts en moi. La tige de métal froid glissait le long du sillon de mes fesses puis je sentis celles d’Anastasia derrière moi. Nos postérieurs étaient collés l’un à l’autre et en leur sein passait la barre verticale. Je continuais de masturber Dimitri tout en sentant les doigts d’Ekaterina gigoter en moi. Elle me faisait abondamment mouiller et la voir en train de sucer cet homme m’excitait terriblement. La belle blonde retira sa bouche et la positionna de son côté en m’invitant à faire de même du mien. Face à face, uniquement séparées par le puissant mât de Dimitri, nous déposions des baisers le long de sa hampe en la suçotant et la léchant. Par moment, nos langues se retrouvaient sous ce membre et se taquinaient réciproquement. Arrivées au niveau de la jonction entre son pubis, son sexe et ses bourses, je laissais Ekaterina pour revenir en arrière prendre le mât du russe en bouche. Inspirée par Anastasia, je décidais d’y aller franchement et de sucer le jumeau intensément et sans les mains en regardant la blonde gober ses bourses. Comme ça devait être jouissif de voir deux femmes dévorer son sexe. Derrière moi, Anastasia avec collée sa tête contre la barre en fer et les garçons passaient l’un après l’autre dans sa bouche. La petite russe à la poitrine refaite n’était plus en contrôle de la situation. Elle se contentait de garder la tête immobile et la bouche ouverte tandis que les hommes enfonçaient leurs pieux en elle et ondulaient leur bassin, parfois avec fougue, pour baiser sa bouche et sa gorge. Je passais une main vers l’arrière sur la fesse d’Anastasia comme pour lui faire savoir que j’étais là, avec elle.

A bout de souffle, je laissais la place à Ekaterina qui suça Dimitri avec élégance et minutie. Ses lèvres sensuelles faisaient disparaitre la hampe du bel homme entre elles et je vis rapidement sa gorge se gonfler. Elle suçait comme une déesse et je sentais que Dimitri n’allait pas durer très longtemps ainsi. Elle retira ses doigts de mon intimité quand Dimitri la releva, avant qu’il ne soit trop tard, et la tourna vers moi. Ekaterina enserra ses mains autour de la barre en fer, écarta ses cuisses, rapprocha son bassin de ma tête, creusa son dos et bomba ses fesses vers l’arrière pour inviter Dimitri à la pénétrer. Je profitais de cette occasion inespérée pour rapprocher mon visage de son pubis et, sans avoir besoin de lui demander sa permission, pus enfin gouter à son sexe. Ma langue suivit les courbes de ses lèvres si bien dessinées et se délecta du goût fruité et doux de son intimité. Ekaterina posa l’une de ses mains sur ma tête, comme pour me demander de continuer, quand Dimitri rapprocha son sexe de son anus et l’enfonça à moitié et sans trop de difficulté, en elle. Ekaterina cria de plaisir autant que de douleur et je pus sentir à travers son corps et ses spasmes, la cadence soutenue à laquelle Dimitri la sodomisait. Aux premières loges, mes yeux lorgnèrent ce mât viril s’enfoncer dans le petit orifice anal sans que rien ne puisse l’arrêter. Je retournais à mon œuvre et léchais Ekaterina avec d’autant plus de passion. J’enfonçais deux doigts dans son intimité pour la masturber religieusement et posais mon autre main sur sa poitrine.

La belle russe échangeait un regard romantique avec son copain qui besognais juste derrière moi la bouche d’Anastasia. C’était un joli couple, ô combien érotique et libéré.
Les râles de plaisir emplissaient la cabine, de même que les bruits de succions, les bruits gutturaux et les bruits de corps qui s’entrechoquent. Les jambes fléchies d’Ekaterina semblaient pouvoir se dérober d’un instant à l’autre tant Dimitri et moi ne laissions aucun répit à son corps et à son excitation. Finalement, la belle blonde atteignit l’orgasme et rugit sensuellement sans se retenir. Dimitri, qui la sodomisait démentiellement, se planta profondément en elle et je retirais mes doigts pour pouvoir recueillir son nectar. La main d’Ekaterina se posa sur ma tête tandis que sa cyprine coulait sur ma langue. Elle tourna sa tête vers son amant et l’embrassa avec passion tout en continuant de geindre. Dimitri retira lentement son sexe et le colla contre son entrejambe, me coupant l’accès à son intimité. Je n’étais aucunement jalouse ou énervée. J’étais plutôt admirative de la vision que j’avais sur le gland de Dimitri qui ressortait d’entre les jambes d’Ekaterina.

Je me rapprochais et pris autant que possible son gland en bouche tout en collant le reste de mon visage contre le corps de la jeune femme. Je l’enrobais avec ma langue chaude et le faisais tremper dans un mélange de salive et de cyprine onctueux. Ekaterina commença à onduler son bassin avec sensualité tout en continuant d’exercer une pression sur ma tête qui accompagnait ses mouvements sur le manche de Dimitri. Quelques secondes après le début de cette danse érotique, le sexe de Dimitri se raidit et une giclée de sperme explosa dans ma bouche. Le jeune homme se retira immédiatement et je pu le voir se concentrer pour ne pas se décharger entièrement dans le dos d’Ekaterina. Je me relevais et cette dernière m’accueillie chaleureusement en m’embrassant. Elle comprit ce qu’il s’était passé lorsque je lui partageais la mixture de salive, de cyprine et de semence. Son sourire déforma légèrement ses lèvres et nous avalâmes toutes les deux avec gourmandise ce cocktail détonant. Nous continuâmes de nous embrasser et nous caressâmes tandis que Dimitri poursuivait sa lutte pour ne pas finir. Derrière moi, Anastasia se fit une dernière fois besognée la gorge par Igor avant que celui-ci ne la relève.

Elle était plus petite que les deux mâles russes mais ne semblait pas apeurée par ce qu’elle s’apprêtait à subir. Ses lèvres exténuées se posèrent sur celles d’Igor qui passa ses mains sous ses cuisses en l’invitant à se détendre. Il la monta jusqu’au niveau de son abdomen en la laissant refermer ses mollets dans son dos, puis il posa son gland à l’entrée de son intimité et la laissa coulisser dessus pour le sentir en elle. Elle reprenait difficilement sa respiration et gémissait de plaisir en sentant cet homme la pénétrer. Alors qu’elle était au plus haut de son mât, Vladimir se rapprocha par derrière, posa l’extrémité de son sexe sur l’anus de la jeune femme et plaça ses mains sur ses cuisses pour aider Igor à la maintenir en l’air. Lorsqu’elle redescendit entre les deux corps suants et bouillonnant, Anastasia cria de douleur et de plaisir en sentant Vladimir dilater son œillet. Son corps tremblait mais elle continuait sa lente descente jusqu’à être pleinement empalée sur les deux poutres. Elle se stabilisa un instant puis entrepris de monter et descendre sur les deux sexes avec l’aide de ses amants qui la ménageaient.
En continuant ses baisers, Ekaterina m’emporta avec elle vers la banquette où nous nous trouvions quelques minutes auparavant. Elle commença à s’assoir face à moi lorsque je sentis Dimitri repasser à l’attaque en se positionnant derrière moi. Ses mains se posèrent sur mes fesses rondes et il adressa quelques mots en russe à Ekaterina qui s’asseyait sur le sol en posant son dos contre la banquette.

Elle m’invita à poser mes pieds sur la banquette et je compris où le beau russe voulait en venir. Je posais un premier pied sur le siège puis un second à une cinquantaine de centimètres. Mes genoux formaient un angle ouvert et les mains de Dimitri me soutenaient au niveau des fesses, en les écartant largement. Je posais une main dans sa nuque et l’autre sur sa hanche robuste. Ekaterina, assise entre mes jambes, guidait le pieu de Dimitri vers mon entrejambe. Je sentis son gland côtoyer la raie de mes fesses puis se poser sur mon anus. De toute évidence la belle russe voulait que je ressente ce qu’elle avait ressentie. Elle continua de guider Dimitri qui exerçait une pression sur mon orifice à l’aide de son membre. Il ne tarda pas à s’immiscer dans mon antre et n’attendit pas de l’avoir pleinement dilaté pour entamer des allers retours rapides mais peu profonds. Je gémis instantanément en sentant ce mât déformer mon sphincter à vive allure et en voyant Ekaterina rapprocher son visage de mon intimité pour commencer à me lécher. Les deux russes m’en faisaient voir de toutes les couleurs tant ils semblaient déchaînés dans leur volonté de me faire jouir. Mes seins rebondissaient et je vis les touristes me photographier à nouveau depuis l’autre bulle. Il est vrai que cela pouvait rajouter un peu plus de beauté dans ce paysage splendide mais tout de même.

La buée qui commençait à se former sur les vitres les dissuaderait peut-être de nous mater. Dimitri ne cessait de me sodomiser énergiquement en me gardant collée contre ses muscles saillants et suants. Nous échangeâmes un baiser malgré l’agitation de mon corps. Je n’avais aucun contrôle sur la situation ni sur aucune personne dedans ou en dehors de la cabine, tout comme Anastasia. La petite blonde avait les jambes complètement écartées et soutenues par les deux mâles. Elle ne contrôlait plus ses vas et viens mais se contentait de subir les assauts répétés des deux hommes qui la maintenaient immobile entre leurs corps. Ils la pénétraient à des cadences rapides, parfois similaires mais toujours amples. Quasiment en état de transe, Anastasia avait porté une main à son clitoris et se masturbait furieusement comment pour exacerber le plaisir que lui procuraient les deux sexes en elle. La respiration haletante, elle grimaça puis jouit vigoureusement en continuant de se faire remplir les orifices par Igor et Vladimir.

Je sentais également l’excitation monter en moi. Les mouvements de langue d’Ekaterina s’intensifiaient de même que les vas et viens de Dimitri. Je ne sentais presque plus mon anus endolori mais lorsque la remontée mécanique se débloqua, Dimitri parti en avant, je tendis instinctivement les jambes pour nous retenir et je sentis son membre s’enfoncer entièrement en moi. J’atteignis à mon tour l’orgasme en tendant tous les muscles de mon corps. Ekaterina se délecta de ma cyprine et poursuivit son œuvre tandis que Dimitri lançait une sorte d’appel au secours en russe à l’attention de ses compatriotes. Il se retira de moi et m’aida à me remettre dans une position normale. Ekaterina passa d’une position assise à une position agenouillée et m’invita à la rejoindre au plus vite. Alors que Vladimir et Igor faisaient descendre Anastasia, complètement éreintée, Dimitri enfonça son sexe dans ma bouche ouverte, sans avoir particulièrement demandé mon avis. Mais je comprenais où nous en étions rendus et je voulais le satisfaire comme il m’avait satisfaite. J’avalais son sexe avec délectation en le laissant pénétrer ma gorge et baiser ma bouche à sa guise. J’étais dans un tel état d’excitation que je m’ouvrais complètement à ses envies et, alors qu’Anastasia s’agenouillait de l’autre côté d’Ekaterina, je sentis une coulée de sperme remplir ma bouche et dégouliner dans ma gorge. Dimitri jouissait intensément en moi jusqu’à ce que ma glotte se noie dans son nectar. Il passa ensuite à Ekaterina qui à son tour ouvrit la bouche pour accueillir le cadeau de notre amant.

Anastasia le reçut quant à elle avec une fellation et Dimitri finit de décharger ses bourses en se faisant sucer le pieu. Nous restâmes toutes les trois agenouillées et serrées dans cette épreuve en attendant nos gourmandises. Vladimir avait repris son téléphone portable et filmait la scène quand Igor se présenta à Anastasia. Il se masturbait rapidement et la première éjaculation laissa une trace sur le visage de la petite blonde. Il ajusta son tir et envoya la seconde giclée au fond de sa bouche avant de passer à Ekaterina et de l’alourdir de quelques centilitres supplémentaires. Quand mon tour fut venu, Igor n’avais plus que deux éjaculations à m’offrir et je dû faire méticuleusement usage de ma langue pour recueillir les dernières goutes de sperme qui pendaient à son gland. Finalement, Vladimir s’avança au milieu de nous en se masturbant. Il prit le temps de bien filmer nos bouches grandement ouvertes et remplies de substances blanches. Il s’arrêta au-dessus de celle d’Ekaterina, qui semblait être la plus remplie, puis orienta son sexe vers elle en accélérant sa masturbation. La belle blonde le regardait avec un mélange de tendresse, de passion, de soumission et de défiance tandis qu’il braquait sur elle un regard amoureux et sauvage.

Vladimir finit par jouir et de nombreux jets de semence filèrent droit vers la bouche ouverte de la belle blonde. La quantité était telle qu’un surplus de nectar coula sur sa joue depuis la commissure de ses lèvres. Le beau mâle russe me choisit ensuite pour continuer de décharger son foutre. Il m’offrit une bonne portion de son nectar et je sentais ma mâchoire s’alourdir. Jugeant que j’en avait eu assez, il se tourna vers Anastasia et finit de lui remplir la bouche avant de lui tapoter la lèvre inférieure avec son sexe. Il immortalisa à nouveau la scène avec son portable et je sentis la main d’Ekaterina se poser gentiment sur ma fesse. Il fit ce que je pensais être un décompte, et à la fin nous avalâmes toutes les trois les semences des beaux mâles qui nous regardaient faire. Anastasia n’avait eu aucun mal à tout avaler mais Ekaterina et moi avions du nous reprendre à plusieurs reprises.

Je sentais le liquide chaud couler dans ma trachée puis rejoindre mon estomac. J’avais rarement englouti une telle quantité de sperme mais ça m’excitait de savoir que j’avais un peu de chacun de ses hommes en moi, ou plutôt que je leur appartenais un peu à tous. Nous nous embrassâmes toutes les trois entre filles puis nous relevâmes pour nous habiller. Je ne cessais de regarder Ekaterina qui était parfaitement sublime. Elle était un condensé d’élégance et d’érotisme, de bourgeoisie et de fantasme. L’image de femme fatale inatteignable contrastait avec ce que j’avais vu d’elle et avec son haleine qui humait la semence de plusieurs hommes. Elle m’aida à refermer ma combinaison, non sans m’adresser un petit sourire coquin, et nous récupérâmes nos skis en arrivant à la station en altitude. Hormis les vitres embuées et peut être une odeur un peu spéciale, rien de laissé présager des évènements qui s’étaient déroulés dans cette petite cabine au milieu des Alpes. En sortant, je sentis deux mains se poser sur mes fesses. A droite Ekaterina me souriait avec frivolité et à gauche, Vladimir me lançait un regard charmeur qui avait dû en faire fondre plus d’une. Il posa un baiser sur mes lèvres devant Ekaterina et nous avançâmes vers un petit chalet pour reprendre quelques forces avant notre descente.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Lombricul
Bonjour, J'adore ton histoire. C'est merveilleux. Si ça t'intéresse, tapes mon nom et tu trouveras deux de mes histoires. C'est entre hommes mais très cochon. Merci.
Posté le 5/04/2019


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Les métiers de Sabrina - Monitrice de ski (3/3)
Les métiers de Sabrina - Monitrice de ski (2/3)
Les métiers de Sabrina : Hôte (1/3)
Les métiers de Sabrina - Hôte (2/3)
Les métiers de Sabrina - Hôte (3/3)


Online porn video at mobile phone


histoire de sexe avec mon filsvoisine enculeehistoire coquinefemme mariee baiseemaman suce ma biterecits pornbaisee a la fermeerotimeres et filles nueshds histhistoire de sexe belle soeurhistoires sexhistoire sexe vecurecit erotique travestima premiere fellationhistoires erotictante neveu sexehistoire de sexe entre coupleshistoire de sexe ma profenculer par sa femmebaise avec ma belle merehistoire premiere sodomiema femme est une salopehistoire secetrio erotiquepremier trio amateurhistoire de sexe salopema femme aime s'exhiberhistoire erotiqueshistoire erotique travestibelle mere histoire de sexebaise femme marieehistores erotiqueshistoire de sexe trainhistoire de sexe voyeurj ai baiser ma tantehistoire hardegay recithistoire de sexe medecinmon mari est candaulistehistoire erotichistoires de maris cocushistoire courte de sexehistoire de mari cocuje baise ma belle-merema femme m'enculehistoires erotiques incestesite erotiquelesbiennes sadoreve de sexe histoire erotiquehistoires erotiques illustreesblog histoire de sexehistoire de sexe francaishistoire erotique orgpucelles en chaleurhistoires erotiques orghistoire de sexe avec ma belle fillehistoire de soumisemaman suce ma bitehistoire de maturehistoire de sexe entre cousinhistoire de sexe en famillej ai baiser ma tanterecits erotiquehistoire de sexe erotiqueexhibition sexema femme en triosexe story: la premiere histoire de la sexualite en bdhistoire sexe soeurrecit candaulismehistoire de sexe femmerecit de culsado maso francaisstrip tease erotiqueplaisirs lesbienshistoire erotique illustrema femme me goderecit depucelagema femme en triohistoire-de-sexesa tante le suce