Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Skipper 6/7

Les jeux érotiques ne cessent désormais d’émailler cette croisières. Les trois couples se connaissent maintenant parfaitement et s’échanger les partenaires est la règle pour chacune et chacun. Dans cette frénésie, Julie se distingue des autres femmes en défiant les trois hommes.

Proposée le 7/01/2020 par Rodolphe

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FHH
Lieu: Vacances, voyages
Type: Fantasme

Jeudi

Le lendemain matin, nous appareillâmes pour commencer à prendre le chemin du retour ; cap sur le nord en direction de l’île Moustique. A la suite de la soirée éprouvante de la veille, où chacune et chacun avait eu sa part de bonheur, nos clients firent une grasse matinée bien méritée et se levèrent très tardivement. La navigation se passa sans problème et un bon vent nous amena à Moustique avant l’heure du déjeuner. Il y avait pas mal de bateaux à l’ancre autour de nous, devant la principale plage de l’île, et cette proximité nous obligea à nous couvrir de nos maillots. D’ailleurs, nous avions prévu de débarquer après le déjeuner, afin de visiter l’île. Moustique est un petit paradis, une petite île de moins de cinq kilomètres dans sa plus grande longueur, sur les pentes de laquelle de nombreuses villas luxueuses, appartenant souvent à des célébrités, y sont établies, avec leurs piscines somptueuses et leur vue imprenable sur la mer.

Au menu de midi, poisson. Celui que nous avions pêché à la traîne pendant notre traversée matinale. Il fut largement apprécié et j’eus les félicitations de nos convives pour la manière avec laquelle je l’avais accommodé.
La cuisine ne fut d’ailleurs pas le seul sujet de conversation du déjeuner. La séance érotico-pornographique de la veille au soir occupait encore tout les esprits et on ne parlait que de ça. Tous les hommes saluèrent la prestation d’Emma, qui en fut toute rouge de confusion, particulièrement quand mon mari lui déclara :
- Emma a beaucoup de talents. Enzo a vraiment beaucoup de chance !
- C’est vrai, approuva John. Emma est aussi douce qu’elle est belle.
Puis s’adressant à l’intéressée, il poursuivit :
- Tu m’as fait bander comme jamais !
- Je n’y suis pour rien, répondit-elle.
- Si, quand même…
- C’est bien connu, affirma Julie, péremptoire, il y a des femmes plus ou moins douées pour l’amour.
- Entendrais-tu par là que tu es plus douées que les autres, dit insidieusement mon mari ?
- Il est vrai que Julie a été déclarée meilleure suceuse de ce bateau, rappela Enzo.
- Je pense en effet avoir une sorte de don pour l’amour, assura Julie.
- Un don ? Voyez-vous ça, continua Alain !… Et qui se traduit par… ?
- Et bien, par exemple, une capacité à amener rapidement un homme à la jouissance…
- Ah ouais, firent les hommes en chœur !
- … ou encore, poursuivit-elle, une certaine prédisposition à épuiser un homme.
- Que veux-tu dire par « épuiser », demanda Alain ?
- Et bien oui, l’épuiser, reprit-elle avec un petit sourire malicieux… C’est-à-dire imposer à un mec deux ou trois rapports rapprochés, qui le videront complètement !
Emma et moi étions stupéfaite de l’aplomb de cette fille. Les hommes, eux, affichaient un sourire rayonnant, même John qui en avait sûrement vu d’autre avec sa femme.
- Et,… comment fais-tu pour « imposer » un rapport à un homme, demanda mon mari ?
- J’ai des arguments, c’est tout, répondit-elle avec un clin d’œil !
- Écoute, Alain, s’exclama Enzo, si Julie te dit « Viens chéri », je ne pense pas que tu lui diras « non merci » !… Ou sinon, tu me laisse la place !
Les hommes éclatèrent de rire. Julie reprit :
- Et puis je disais un homme, mais je me sens tout à fait capable d’en épuiser deux, voire trois !
- Non, s’écria mon mari ?
- Si je comprends bien, résuma Enzo, tu es en train de proposer de te prostituer aux hommes présents autour de cette table.
- Me prostituer ! Comme tu y vas, Enzo !… Non, simplement je propose aux hommes ici présents de passer un agréable moment dans mes bras… Jusqu’à épuisement.
- Tu nous lances donc un défi, Julie, dit mon mari ?
- Parfaitement, répondit-elle en lançant un regard circulaire autour de la table !
« Cette nana est une vraie putain, pensai-je ! Ça a dû être son métier, ce n’est pas possible autrement ! »
Les hommes, eux, avaient tous un sourire rayonnant à la perspective d’une nouvelle séance de baise collective.
- Et bien voilà une idée qui me paraît excellente, fit mon cochon de mari qui ne cachait pas sa satisfaction. Je propose de changer de jeu ce soir : plus d’yeux bandés, mais une femme qui s’acharnera à nous faire tous jouir !
- Je relève le défi, s’exclama Enzo !
- Le mari est d’accord aussi, dit John. J’ai hâte de voir mon épouse à l’œuvre !
- Forcément, fis-je un peu dépitée. Vous les mecs, vous êtes de vrais obsédés sexuels !
Emma et moi serions un peu les perdantes de cette soirée, contraintes à assister passivement. Quand j’en fis la remarque, la salope de Julie eut sa réponse toute faite :
- Qui t’empêche de lancer un autre défi demain, ma belle ?… Par exemple, sucer un max de mecs en un temps donné !
- Humm. Décidément, Julie a des idées très intéressantes, dit Enzo !

Après le déjeuner, nous débarquâmes pour partir à pied à la découverte de « l’île des milliardaires », comme on l’appelle souvent. Ce bout de terre perdu au milieu de la mer des Caraïbes est si petit, qu’en deux heures nous l’avions parcouru dans sa totalité et c’est le cœur joyeux que nous regagnâmes le catamaran en fin d’après-midi. Le reste de la journée fut partagé entre bains de soleil pour les uns et baignades pour les autres. Quand le groupe se retrouva autour de la table du soir, tous, mais surtout les hommes, pensaient à la principale animation qui les attendait : la prestation de Julie.
- Alors Julie, tu es prête, demanda Enzo ?
- Prête pour quoi, fit-elle ingénument ?

La nuit tombée, on tamisa les lumières sur le bateau et Julie ôta son maillot de bain. Nue, elle s’étendit sur un matelas, tandis que tout le groupe fit cercle autour d’elle. Elle nous mit tout de suite dans l’ambiance en se prélassant langoureusement tout en se caressant les seins, ouvrant largement le compas de ses jambes et nous exhibant son sexe totalement rasé.
- Comment vois-tu la suite des événements, demanda mon homme ?
- Approche, beau skipper, répondit-elle. Je vais t’expliquer.
Mon mari fit les trois pas qui le séparait d’elle. Son slip de bain, déformé par son érection, accusait une bosse conséquente. Elle continua d’une voix chaude :
- C’est dommage de voir ce pauvre sexe prisonnier. Je vais te le libérer.
D’un bref mouvement vers le bas, elle délesta mon homme de son maillot. Sa verge était déjà droite comme un I.
- C’était quand même dommage de cacher un aussi beau membre, fit-elle mutine.
Elle s’en saisit et commença à le masturber lentement.
- Que veux-tu, mon chéri, lui dit-elle ? Une fellation ou une pénétration ?
- Commençons par une fellation. On verra après.
Aussitôt, Julie emboucha la queue de mon mari et se mit à l’œuvre. Lui, la tint par la nuque, tandis qu’elle allait et venait en cadence le long du membre turgescent. A en juger par les gémissements de mon homme, la salope méritait bien sa réputation de meilleure suceuse du bateau.
A ce moment, je sentis quelqu’un se coller derrière moi et deux mains enrober mes seins. Me retournant surprise, je constatai que mon agresseur n’était autre qu’Enzo.
- Qu’est-ce qui te prends, lui dis-je ! Lâche-moi !
- Ce spectacle m’excite, Alexia…
Ces mains soulevèrent le haut de mon maillot deux pièces et mes seins se retrouvèrent vite à l’air. Il les malaxa alors énergiquement sans se soucier de mon consentement. Je faillis crier mon indignation, par principe, mais quand ses doigts firent rouler mes pauvres tétons tout rougis, je défaillis et me laissai faire en fermant les yeux.
- Tu exagères ! Furent les seuls mots que je pus prononcer.
Il me débarrassa de mon haut, qui tomba à mes pieds, puis je sentis une main glisser sur mon bas ventre et disparaître sous mon slip. Aussitôt je sentis des doigts fureteurs s’activer sur mes lèvres intimes et l’un d’eux atteint même mon clitoris. Mon excitation grimpa d’un coup.
- Et alors, fit une voix féminine qui me tira de mon extase ! Enzo, au lieu de chauffer Alexia, viens plutôt me baiser !
C’était Julie qui attendait le « suivant ». Je vis mon mari étendu sur le matelas d’à côté. Il semblait complètement vidé. Elle l’avait tué, la salope ! Quant à elle, délaissant mon homme comme une vieille chaussette, elle tendait la main vers l’Italien. Enzo se précipita vers elle, m’abandonnant dans le terrible état d’excitation dans lequel il m’avait mise. La cyprine me coulait dès lors sur les cuisses !
- Que veux-tu, mon chéri, lui demanda Julie, comme elle avait fait pour mon homme ? Une fellation ou une pénétration ?
- J’ai une envie folle de te baiser. Tu m’as tellement fait bander !
- C’est toi qui commande, mon beau.
Jouant la soumise, elle se coucha sur le dos et écarta les cuisses :
- Viens mon chéri, dit-elle d’une voix chaude ! Enfonce-moi ta bite, bel Italien !
« Quelle salope cette fille, me dis-je ! »

Mais une voix d’homme derrière moi me tira de mes réflexions :
- Enzo n’a pas fini son travail. C’est dommage.
Aussitôt, deux mains glissèrent sur mes hanches et tirèrent mon maillot vers le bas. Comme l’Italien était en train de sauter Julie et que mon mari, fourbu, était toujours inerte à leurs côtés, je n’eus aucun doute sur l’identité de mon nouvel agresseur. Quand je fus libérée de mon maillot, dix doigts vinrent fouiller mon intimité, ne me laissant aucun répit. Je fermai les yeux et me laissai emporter par mes instincts de femelle toute excitée, tandis que sa voix me chuchotai des insanités qui décuplaient encore mon plaisir :
- Tu as l’air d’aimer ça, séduisante Alexia. Ta chatte est trempée… Je suis sûr que tu es aussi salope que ma femme : regarde comme elle jouit !
Rouvrant les yeux, je constatai en effet que Julie, tout en criant son plaisir, ondulait de tout son corps alors qu’Enzo la baisait avec une conviction qui n’avait d’égal que son désir. Mais moi, je n’en avais cure. Je refermai les yeux quand je sentis une main sur mon sein et un doigt, ou peut être deux, s’enfoncer dans ma petite chatte. En même temps, mon délicieux agresseur m’embrassait dans le cou, me faisant bouillir de désir. Mon orgasme n’était pas loin et je le laissai monter inexorablement, toute à l’écoute de mes sensations. Je n’avais qu’une idée : que cet homme me prenne comme une salope ! Soudain, tout s’arrêta : John, appelé par sa pute de femme, m’abandonna alors que j’étais au bord de l’explosion.
- Viens, mon beau blond, lui dit elle… Ta femme réclame ta queue !
John s’approcha d’elle. Il n’avait déjà plus de maillot de bain et sa queue se dressait fièrement. Déjà elle prenait le membre en bouche, quand il lui cria :
- Non, petite salope ! Je veux te sauter… comme une sale petite pute que tu es !
- Humm, serais-tu jaloux, fit-elle ?…. Vas y, mon chéri. Ta femme est à toi !
Elle se laissa couler sur le matelas, s’y installant sur le ventre, position qu’elle et son mari affectionnaient sûrement, puis elle écarta les cuisses de manière outrancière. Une fois prête, elle lança :
- Vas-y. Baise ta femme !
A cet instant, j’étais dans un état de frustration tel que je me surpris à me masturber le clitoris tout en regardant, envieuse, la putain se faire sauter par derrière par son mec. Lui était fou d’excitation :
- Prends ça, salope, criait-il !…
Elle hurlait de plaisir, lui l’insultait comme une moins que rien :
- Ça te plaît de te faire sauter comme une pute par trois mecs ! Petite catin !
John la baisait aussi énergiquement que s’il eût voulu se venger des turpitudes d’une épouse infidèle. Elle, prenait ça comme un cadeau et semblait vraiment prendre plaisir à être traitée ainsi.
- Oh oui mon chéri ! Baise-moi comme une pute ! Enfonce-moi bien ta grosse bite.

Quand à moi, alors assoiffée de sexe alors que nos hommes étaient tous occupés, je me rapprochai instinctivement d’Emma. Après ma première expérience saphique avec Julie, se me sentis attiré par cette jeune beauté rousse. Je la pris par la hanche pour la serrer contre moi et déposai un baiser sur sa joue. Nous étions tous deux face au spectacle offert par Julie et son mari.
Emma fut surprise par mon audace et se tourna vers moi d’un air interrogateur. Elle ne dit mot, pourtant. Ma main gauche s’enhardit alors à caresser ses seins, à travers le fin tissu de son maillot. Je sentis ses tétons se dresser et ce fut pour moi le signal de son approbation. Je la serrai dans mes bras et l’embrassai goulûment. Elle se laissa faire, sans pour autant faire preuve d’enthousiasme. Après le baiser, nous nous regardâmes, moi pleine de désir, tandis qu’elle, toujours aussi surprise, restait muette. Je pris alors son poignet et posai sa main sur mon sexe nu et trempé.
- Mets-moi tes doigts, lui dis-je à l’oreille.
Sa main fut hésitante, pourtant je sentis qu’elle en avait envie. Enfin, le bout de ses doigts parcourut timidement mes lèvres intimes. Elle me regardait avec de grands yeux ingénus, sans sourire, visiblement émue par ce contact inhabituel. Je dénouai les lacets qui retenaient le haut de son deux pièces et quand elle eut les seins nus, je les lui caressai doucement. Cela la fit réagir : elle fronça d’abord les sourcils et en même temps, elle introduisit un doigt dans mon intimité. Nous ne nous disions pas un mot, pourtant nous étions en totale symbiose, désireuses toutes deux de nous donner du plaisir. J’ôtai le tout petit slip qui cachait encore sa petite chatte et à mon tour j’introduisis mes doigts en elle. Elle ferma les yeux à ce contact. Tout à notre trip, nous n’avions pas remarqué que tout le reste du groupe nous observait : Julie et John avaient terminé leur baise, Enzo et mon mari nous regardaient amusés :
- Alors les filles, on se donne du plaisir, dit Alain !
Je vis alors mon mari se placer derrière Emma et la prendre par les fesses, puis deux secondes plus tard, je sentis les miennes investies par des mains caressantes, celles d’Enzo. Mais Julie se manifesta :
- Eh les mecs, c’est de moi dont il faut s’occuper, pas des deux autres… ! Alain, mon chéri, c’est de nouveau à toi !
Cette manière qu’elle avait d’appeler mon homme « mon chéri » m’irritait prodigieusement. Il me semblât que moi seule, sa femme, avait le droit de l’appeler ainsi. Elle, la putain, n’avait aucun droit sur mon mec ! Pourtant, elle en rajoutait :
- Viens mon chéri. J’ai encore envie de ta queue !
- Mais, fit mon mari, on vient à peine de baiser tous les deux… et j’ai débandé...
- Enfin, tu es un homme ou quoi ? Je t’ordonne de venir me sauter !
Mon mari s’approcha alors de la salope qui s’empressa de prendre sa queue en main pour la masturber. Elle y mettait du sien, la catin ! Si bien qu’après deux minutes de masturbation, mon mari parvint à nouveau à bander. Alors elle s’étendit sur le dos et écarta les cuisses.
- Viens, beau brun. Montre-moi que tu es un vrai mâle.
Il se coucha sur elle et la pénétra immédiatement.

Mais mon attention fut alors détournée par Emma, dont les doigts exploraient mon vagin avec la même insistance que l’eût fait une main masculine et aussi par Enzo, qui, toujours derrière moi me pelotait à l’envie les fesses d’une main, tandis que l’autre explorait mon entrejambes. Je ne pus résister longtemps à ces caresses multiples qui me firent rapidement perdre la raison. Cette fois mon orgasme monta pour de bon et je lâchai un cri d’extase.
- Je suis dingue de ta queue mon chéri, criait Julie à mon mari… Oui, enfonce-là moi bien profond !
« Elle m’énerve avec ses mon chéri ! ». J’avais envie de la gifler. D’autant que mon salaud de mari, lui, se laissait bercer par sa musique de salope et la baisait de plus en plus fort. Il lui fallut quand même cinq bonnes minutes à ce rythme d’enfer avant de parvenir à la jouissance.
Puis, pour la deuxième fois, il s’affala près d’elle et pour la deuxième fois, elle se désintéressa de lui et tourna son regard de braise vers Enzo :
- Laisse tomber cette salope et approche ta belle queue, mon Italien. J’en ai une envie folle !
« Tu sais ce qu’elle te dit la salope ? », me dis-je outrée par cette putain qui en faisait beaucoup trop à mon goût !
Enzo ne bandait pas vraiment, mais son sexe avait tout de même gardé un volume conséquent. Bien sûr, la petite pute se chargea de lui redonner vigueur et ce ne fut pas long.
- Tu préfères par devant ou par derrière, mon chéri, lui demanda-t-elle avec un clin d’œil ?
- Par derrière.
- Bien, mon chéri, tes désirs sont des ordres.
Au regard qu’elle fit à Julie, je compris qu’Emma non plus n’appréciait pas trop que cette putain appelle son mari « mon chéri ». En professionnelle, Julie s’installa sur le ventre, les cuisses bien écartées et lui dit :
- Baise-moi, maintenant ! Fait moi sentir ta queue, mon bel italien !
Enzo s’installa sur elle et la baisa lui aussi pour la deuxième fois et lui aussi y mit toute son énergie. Avec toute la force qu’il déploya, il la fit rapidement jouir et elle se mit à hurler comme une folle.
Pendant ce temps, Emma et moi nous tenions par les hanches, comme deux amoureuses, en regardant les ébats du couple. Je découvrais qu’il y avait en moi une part d’homosexualité que j’avais jusqu’alors refoulée : j’aimais tenir le corps nu de cette fille comme j’avais aimé flirter avec l’autre salope la veille.
- Embrasse-moi me susurra-t-elle en se tournant vers moi.
Nous nous enlaçâmes comme deux amants et je lui donnai le baiser qu’elle m’avait demandé. Elle me pelotai les fesses, j’en fis autant. Elle m’introduisit un doigt, j’en fis autant. Il n’y avait plus que nous deux et nous avions fait abstraction de ce qui se passait autour de nous. Quand enfin, nous reprîmes nos esprits, ce n’était plus Enzo qui baisait Julie, mais son mari. Tout au moins essaya-t-il.
- J’y arrive pas, disait-il… Ah, c’est plus de mon âge, ça ! Ma pauvre chérie. Avant je pouvais te faire l’amour deux ou trois fois dans la même journée, mais je suis bien obligé de reconnaître qu’aujourd’hui je ne peux même plus le faire deux fois !
- Ce n’est pas grave mon chéri, je vais demander à un autre homme.
Alors, la salope s’adressa à nouveau à mon mec :
- Viens mon chéri, j’ai encore envie de ta grosse queue !
Mon homme eut beaucoup de mal à bander, malgré l’énergique masturbation de cette putain.
Il était lui aussi complètement vidé et se montra bien incapable de satisfaire l’infatigable nymphomane pour la troisième fois. Quant à Enzo, bien que le plus jeune et le plus sportif des hommes de ce bateau, même si la salope parvint à le faire à nouveau bander, il ne put maintenir longtemps l’érection et capitula à son tour. Alors Julie se leva triomphante :
- J’ai gagné, cria-t-elle ! J’ai tenu mon pari ! J’ai épuisé trois hommes… Et quels hommes !... dans la force de l’âge !
- Quelle salope, chuchotai-je à l’oreille d’Emma !
- Tu as raison, répondit-elle sur le même ton. Cette fille est une vraie pute !
- Mesdames, reprit Julie en s’adressant à nous deux, ce soir, inutile de demander à vos hommes de vous faire un gros câlin,... ils en seront incapables !… Épuisés !
Et elle éclata d’un rire sonore qui se communiqua aux trois hommes. Seules Emma et moi riions jaune.

Le soir au lit, je tentai bien d’exciter mon homme en le masturbant, mais son érection fut si molle que je dus me résigner. La pute l’avait vraiment complètement vidé et elle me privait ainsi d’une partie de plaisir avec lui. Mon pauvre mari s’endormit comme une masse. « Demain, je me vengerai ! » pensai-je, rongeant mon frein.

A suivre.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Skipper 1/7
Skipper 2/7
Skipper 3/7
Skipper 4/7
Skipper 5/7


Online porn video at mobile phone


enculee par surprisehistoire de sexe chantagema femme fait la salopehistoire de sexe entre cousin et cousinehistoires intimes.comhistoire de sexe excitantehistoires sexehistoire sexe tantehistoire de sexe gayhistoire caudaulistereve de sexe histoire erotiquebourgeoises soumiseshistoire de sexe tres hardhistoire de sexe cousin cousinehistoire courte de sexehistoire de sexe lyceehistoire sexe boite de nuithistoire de sexe avec ma merelitterature adulte en ligne gratuithistoire de sexe lesbiennehistoires x gayencule sa tantehistoire de lesbiennehistoire desexerecit erotique belle merecandaulismeshistoire de sexe en boitetextes erotiquesrecit erotique gratuithistoire de sexe doctissimohistoire de sexe avec ma belle filleconcours de masturbationhistoire erobaise a la campagnehistoire de sexe soumiserecit erotiques incestehisoire de sexehistoire soumisecandaulisme histoireshistoire de sexe jeunehistoire de sexe entre hommerecits coquinshistoires coquines gratuiteshistoire de sexe femme de menagehistoire de sexe de couplerecit porno incestemon histoire de sexebaise ma belle meregyneco baisebranle par une inconnuehistoire de sexe incesttransexuelle activepremier fist vaginalvoisine cougarhistoire de sexe smhistoire de sexe plagehistoires de gayssoumise puniehistoire de sexe vieux avec jeuneshistoire secehistoire de sexe pokererotique histoirefemme mariee baiseehistoire vecue de sexehistoire de sexe revebebehistoire de sexe dans les transports.histoire de sexe lesbiennesma femme suce mon potehistoire de sexe jeuxbranlette au cinemail baise une inconnuehistoire de sexe x storyil se tape sa voisinehistoire de sexe a troisma femme m enculehistoire de sexe belle soeurhistoire de sexe premiere foishistoire coquinehistoire de sexe matureshistoire de sexe adoshistoire femme soumiserecits pornrecit porno violsoumis a ma femmehistoire de sexe avec ma merehistoire de sexe beau perehistoire de sexe avec ma femme